AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
 May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nótt Wodanheim
Voir le profil de l'utilisateur
http://afjarniogis.forumactif.org/t978-nott-wodanheim-bearing-th


Nótt Wodanheim
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 527
SEPTIMS : 1055
ARRIVAL : 31/07/2018
IDENTITY : Vanka
FACECLAIM : Imogen Poots - ©Vanka | Aesthetic ©Lumina
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Wondan10
AGE : 28 ans
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Gère un domaine agricole des Lindergatt
LOCALISATION : Skogen

INVENTAIRE : -

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty
Sujet: May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt   May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty- Sam 20 Oct - 2:37

May the gods carry them
Un rituel hebdomadaire là où les pensées étaient quotidiennes. Comme un besoin de me raccrocher à ce qui n'était plus. L'image d'un bonheur que je pensais ne jamais pouvoir retrouver. Alors me recueillir dans ces moments de calme et de solitude me permettait de regagner assez de force pour continuer. À défaut de pouvoir construire, je souhaitais me souvenir. L'autel dressé à Hel n'était pas le plus garni. Et pourtant, bien des âmes finissaient par traverser l'Helvegr. Hrund, l'aîné terrassé par la maladie, Ovald, le fils arraché à Midgard à cause des agissements de son père, et son aîné que je ne pus nommer. Algir... dépassé par sa folie... Seule Saga, ma mère, était digne du Valhalla. Elle seule y avait sa place dans notre famille.

Un soupir. Les yeux humides. La main sur mon ventre. Souvenir des douleurs qui n'étaient rien en comparaison de celle que me provoquait la perte de mon fils. Il avait été mon seul espoir depuis que tout venait à s'effondrer. Levant les yeux au ciel, inspirant une nouvelle fois avec profondeur pour extérioriser en un souffle le mal que me causait cette perte. J'essayais de ne pas en vouloir au Jarl qui nous avait jugé. De ne pas en vouloir à mon père de nous avoir mené dans un tel guêpier. De ne pas reprocher au Godi Oleif de ne pas avoir tenté d'épargné mon fils. J'aurais donné ma vie pour lui... mais la faiblesse m'avait assaillie ce jour-là. Démunie, dépossédée de tout, j'étais détruite. Brisée. Parfois je me surprenais à croire qu'il aurait mieux fallut que j'en finisse ce jour-là.

Mais j'étais encore si jeune à l'époque... et encore maintenant, on me prêtait un destin à conquérir. Au fond, j'en avais la force. Cependant, l'étincelle ne venait pas. Je devais m'en remettre aux völvur, assurément. Toutefois, sans doute ici une nouvelle preuve de ma lâcheté, je craignais de trop leurs morts. La fatalité de leurs présages. La peur m'étreignait le cœur alors même qu'à ce jour, je n'avais plus rien à perdre. À part ma sœur. Lointaine et détachée. Je l'admirais et l'enviais en partie.

Passées les prières, mesurant le temps, je finis par me relever et retourner vers l'entrée où les allées d'Ofeigatt se dessinaient sous nos pas. L'approche de la ville que cette colline surplombait suffisait à me donner vertige. Non loin, à quelques mètres, je la vis. Áine. Un visage trop longtemps connu. De trop loin perçu. Le temps où nous jouions ensemble dans les champs et entre les ruelles boueuses traversées par les chèvres semblait appartenir à une autre vie. Une vie dont le souvenir me fit sourire. Bien des dissensions avaient scindées nos deux familles. Et même si aujourd'hui mon père n'était plus, le sien était toujours des nôtres - au moins aux dernières nouvelles - et n'accepterait pas que la fille d'un traître qui a déshonoré sa promesse vienne à approcher sa progéniture.

Nous avions abandonné Ulvar. Mettant de côté les Iversen et l'amitié qui pourtant, liait nos noms depuis des générations. Les erreurs de nos parents... Si ça n'avait guère effacé ce que nous étions l'une pour l'autre, quelque chose s'était brisé et une épaisse barrière nous éloignait. « Bonjour Áine, c'est agréable de te voir », la saluai-je avec un sourire amical dont la douceur appelait à un sursaut nostalgique. Depuis dix ans où mon père, mon mari et mon fils avaient été tués, mes traits n'exprimaient qu'une tristesse que même une amie chère ne savait effacer malgré les sourires. Une mélancolie qui me révulsait et dont je restais pourtant prisonnière.

_________________


Alfadr's voice reaches me, slice my soul from the inside, shred my frail body until I die.
ANAPHORE


Dernière édition par Nótt Wodanheim le Mer 7 Nov - 10:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Áine Iversen
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Áine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 353
SEPTIMS : 622
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (sayo)
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Tumblr_n3l0v3NZFR1qdxypao5_250
AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : -

LOST ON YOU
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Tumblr_niz193UOTR1r3xthuo5_250
I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognize your beauty is not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart muse

CLAN IVERSEN
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Iverse10
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty
Sujet: Re: May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt   May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty- Lun 22 Oct - 15:32



may the gods carry them

Áine & Nótt





Depuis des années, Áine tenait à se rendre à la colonie sacrée dans le quartier de Solstheim. Depuis la mort de sa mère, elle effectuait régulièrement ce rituel. Souvent seule, parfois accompagnée de sa sœur. Quant à son père, il priait chez eux, dans ce lit qu’il avait partagé avec celle qu’il aimait plus que tout, aujourd’hui de sa place vide dans le lit ne l’aide pas à s’en remettre. Si sa mère représentait un manque dans le cœur d’Áine, elle avait appris à vivre avec, se disant que maintenant, elle avait plus vécu sans mère qu’avec elle. Mais cela ne l’empêchait pas de souhaiter que sa vie soit douce dans le royaume d’Hel. Après avoir fait tout ce qu’elle pouvait à la ferme, elle s’en alla seule vers la colline sacrée. En chemin, elle pensait toujours à sa mère mais elle avait également une pensée pour son frère. Il avait tous les plaisirs au Valhalla, buvant et mangeant avec Odin, le père de tout.

Il y avait un peu de chemin entre la ferme des Iversen et la colline. Cela permettait toujours à Áine de se remémorer certains moments de sa vie avec sa mère. Toujours les mêmes lui revenaient en mémoire mais elle s’inquiétait par contre de ne plus aussi bien se souvenir de sa mère qu’elle ne l’aurait voulu. Elle revoyait sa chevelure de feu brillante aux pâles rayons du soleil, un sourire toujours présent. Le reste devient flou avec le temps, ses rires ne vont plus que des échos dans les abysses du temps. Cela l’inquiétait de ne pas avoir plus de souvenirs plus précis. Car si sa fille n’arrive pas à se souvenir d’elle, qui le fera ?

En arrivant au pied de la colline, Áine croisa le regard d’une personne qu’elle n’avait pas vu depuis longtemps. Nótt Wodanheim. Du même âge que son grand frère Ulvar, elles ont été très proches pendant un temps. Les Iversen et les Wodanheim s’étaient retrouvés très proches grâce à ces deux enfants. Au point de même penser et organiser les fiançailles. Une alliance par intérêt, notamment pour les Wodanheim. Leur idée de révolte. Les Iversen étaient d’accord pour prendre les armes mais dès que les fiançailles furent rompues, Henrik avait pris sa décision. Aucune aide, plus aucun soutien, rien. Ils les avaient trahis, ils n’auraient aucun soutien de leurs anciens alliés. A croire que le destin avait eu raison d’Henrik. Les Iversen ne seraient peut être plus là s’ils les avaient suivi. Ou alors leurs forces auraient fait la différence. Qu’importe, ce qui est fait est fait. Mais difficile de ne pas en vouloir aux traitres vaincus. Depuis ce jour, Áine n’avait que peu croiser Nótt, non pas vraiment par choix. Les choses avaient fait aussi qu’elles avaient moins en commun. Mais en cette journée de recueillement pour ceux qui ne sont plus là, raviver une amitié ancienne était la bienvenue.  Áine marcha vers son amie, le sourire timide affiché sur ses lèvres. « Bonjour Nótt, comment vas-tu ? » Si son père savait qu’elle discutait avec Nótt, il entrerait dans une colère noire. Il ne supportait toujours pas ses traitres et la rupture des fiançailles pour un parti plus intéressant que les Iversen lui été resté en travers la gorge. Mais Áine ne comptait pas non plus arrêter de discuter avec celle qui était son amie depuis tant d’années. Et eux aussi avaient beaucoup souffert dans cette histoire. Peut-être même plus que les Iversen.

_________________

iron

from ice
ANAPHORE

May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt 170411010724863973
Revenir en haut Aller en bas
Nótt Wodanheim
Voir le profil de l'utilisateur
http://afjarniogis.forumactif.org/t978-nott-wodanheim-bearing-th


Nótt Wodanheim
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 527
SEPTIMS : 1055
ARRIVAL : 31/07/2018
IDENTITY : Vanka
FACECLAIM : Imogen Poots - ©Vanka | Aesthetic ©Lumina
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Wondan10
AGE : 28 ans
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Gère un domaine agricole des Lindergatt
LOCALISATION : Skogen

INVENTAIRE : -

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty
Sujet: Re: May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt   May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty- Lun 22 Oct - 18:44

May the gods carry them
Coude Áine. Douce amie. Elle s'approcha avec un sourire retenu. Une distance à laquelle le passif de nos noms respectifs s'ajoutait aux années qui nous avaient séparées. Aux années que j'avais laissé nous séparer. Lorsque je fus promise à Gelmir, je me suis enfermée dans le travail, notre halle, et ce qu'il nous fut donné d'avoir comme enfants. Ovald. Pour une année. Un temps où tout paraissait s'être brisé autour de nous. Comment aurais-je pu regarder mes amis en face à être ainsi détruite ? Liée à un homme dont la fougue du jeune âge m'avait maltraitée et rabaissée. Ce n'était pas à moi d'avoir honte de son comportement, et pourtant... Si le comportement violent de Gelmir Arstein était de notoriété publique, on lui prêtait honneur et respect, des valeurs qui assuraient que l'héritier Arstein traitait bien sa femme. Que nenni.

Mais l'illusion persistait. Si certains avaient vu mon comportement changer, rares étaient ceux qui le mettait sur le compte de mon défunt mari. Ma sœur, et elle le détestait pour ça, mon père, mais il l'ignorait pour l'appui qu'il apportait. Une tourmente qui devait rester dans la famille. Un fardeau que j'avais décidé de ne pas étendre. Pour cela, je m'étais coupée de mes amis.

Les Iversen avaient été méprisés par mon père à ce revirement d'alliance et la rancœur persistait malgré le décès de mon père. À croire que les noms portaient réellement les méfaits de leurs ancêtres...

Proches l'une de l'autre, je me contentai de hocher la tête et de lui répondre le plus naturellement possible. « J'ai connu des jours plus sombres. Comme tout le monde. Alors il n'y a aucune raison que ça n'aille pas, évoquai-je avec un léger sourire. Et toi ? Ta sœur, et ton père ? » L'infirmité du patriarche Iversen était bien connue à Skogen. Tout comme la disparition de Ulvar... Beaucoup de rumeurs et de commérages se faisaient à travers les champs, et parfois cela évitait quelques faux pas. En l'occurrence, plus qu'un faux pas... Ulvar me manquait. Pas autant qu'il ne devait manquer à sa famille, c'est sûr, mais sans lui, les Iversen me paraissaient accablés. C'était pourtant un mélange de bien des circonstances et non uniquement Ulvar... Se rencontrer en ce lieu aiderait certainement notre amitié à ne pas souffrir des affres de nos pères, des dissensions de nos deux noms dont les pertes provoquaient encore de vives douleurs...

_________________


Alfadr's voice reaches me, slice my soul from the inside, shred my frail body until I die.
ANAPHORE


Dernière édition par Nótt Wodanheim le Mer 7 Nov - 10:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Áine Iversen
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Áine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 353
SEPTIMS : 622
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (sayo)
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Tumblr_n3l0v3NZFR1qdxypao5_250
AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : -

LOST ON YOU
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Tumblr_niz193UOTR1r3xthuo5_250
I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognize your beauty is not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart muse

CLAN IVERSEN
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Iverse10
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty
Sujet: Re: May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt   May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty- Mer 24 Oct - 16:20



may the gods carry them

Áine & Nótt





Ce que les Dieux pouvaient être joueurs. Créer des alliances pour ensuite qu’elles se défassent, laissant derrière elles rancœur et amitiés déchirées. Depuis déjà dix ans, les Iversen et les Wodanheim ne s’entendaient plus, dix ans que les enfants devaient payer pour les mésententes des parents. Áine n’avaient rien de personnel contre Nótt, elle aussi n’avait été qu’un pion pour sa famille. Elle n’avait pas choisi son époux et avait subi les envies de son père. A croire que les enfants ne pouvaient qu’être le reflet des désirs et des ambitions des parents. Depuis dix ans, le temps avait filé, il s’était passé tant de choses, dans la ville, dans leur famille, dans leur vie. Áine ne voyait pas l’intérêt de ne plus parler à Nótt, de toute façon, personne ne pourrait changer le passé. Et les plus ironiques diraient que les traitres ont payé d’une certaine manière… De la pire des manières même.

Mais il y avait beaucoup mieux que de ressasser le passé, encore et encore. Il y avait maintenant peu de joie dans la ferme des Iversen, revoir un visage familier et apprécié avait quelque chose de rassurant, un rappel des belles années qui ont existé. Un espoir pour un avenir meilleur. Si son sourire était d’abord timide, le son des reproches raisonnait quelque part dans sa tête, elle voulait se montrer des plus amicales et naturelles possible. S’il n’était pas encore question de sauter dans les bras dans l’autre, qu’au moins le plaisir de cet échange soit réciproque. Nótt lui demanda comment cela se passait avec son père et sa sœur. Elle eut un sourire franc, voulant se montrer plus optimiste qu’elle ne pouvait le penser « On se débrouille, on fait comme on peut mais ça va. On a trouvé l’équilibre maintenant » Tout n’était clairement pas rose dans leur ferme. Il y avait énormément à faire et Áine et Solvej n’étaient que deux jeunes femmes. Elles auraient déjà dû être mariées depuis longtemps mais entre leurs aspirations et leur devoir les avaient écarté de la voie de la femme au foyer. Comme le destin n’avait pas non plus était tendre avec Nótt « On a jamais pu se le dire avec ce qui s’est passé mais je suis sincèrement désolée pour ce qui est arrivé à ta famille. Et à ton fils. » L’exécution de toute la famille n’était pas passé inaperçu, encore moins qu’un enfant était condamné à mort. Futur héritier, il ne devait pas survivre à ce jugement. Bien que jeune à l’époque, Áine s’était sentie peinée pour Nótt mais le froid glacial entre eux, elle n’avait pas pu la réconforter. Maintenant dix ans qui se sont écoulés, l’éleveuse n’était pas bien sûre que cela ait encore de l’importance aujourd’hui. Bien qu’on lui disait toujours, la plus grande douleur d’une mère est de perdre son enfant…

_________________

iron

from ice
ANAPHORE

May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt 170411010724863973
Revenir en haut Aller en bas
Nótt Wodanheim
Voir le profil de l'utilisateur
http://afjarniogis.forumactif.org/t978-nott-wodanheim-bearing-th


Nótt Wodanheim
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 527
SEPTIMS : 1055
ARRIVAL : 31/07/2018
IDENTITY : Vanka
FACECLAIM : Imogen Poots - ©Vanka | Aesthetic ©Lumina
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Wondan10
AGE : 28 ans
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Gère un domaine agricole des Lindergatt
LOCALISATION : Skogen

INVENTAIRE : -

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty
Sujet: Re: May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt   May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty- Mer 7 Nov - 10:35

May the gods carry them
Cette communion avec les dieux m'avait ouvert l'esprit. Attirant une légèreté toutefois mesurée. Si jamais ma peine ne pourra être effacée, au moins parvenaient-ils à soulager quelque peu mon chagrin. J'attendais un signe, un appel qui ne venait jamais. Le signe d'une réconciliation avec moi-même mais également de mon nom envers les dieux. L'offense causée était telle... mêlée de couardise, de frustrations, de trahison. Une partie de la sentence avait été bien plus que méritée. Je ne pleurerai jamais mon défunt mari, malheureusement mon père savait ce qu'il encourait à agir de la sorte et ce, malgré sa folie : je n'aurais pu l'arrêter. Mais Ovald...

De leur côté, les Iversen avaient trouvé leur équilibre. Une nouvelle qui me réchauffa le cœur. La disparition d'Ulvar et l'infirmité du père avaient causé bien des tords à cette famille dont nous avions bafoué l'honneur. J'avais beau ne jamais avoir partagé l'opinion de mon père, cautionné l'idée de rompre ces fiançailles auxquelles nous consentions tous, une part de moi-même se sentait responsable et engagée. Comme si j'avais joué un rôle dans tout ceci. Un rôle, j'en avais eu un : celui de l'exutoire mais aussi celui de celle qui se tapit dans l'ombre et n'affronte pas la réalité. S'il était possible de retourner en arrière, sans doute aurais-je pris mon courage à deux mains pour parler à Ulvar. Peut-être que tout aurait été différent si j'avais été assez brave pour le faire il y a douze ans ; avant que tout ne bascule.

Le passé étant ce qu'il était, je n'avais d'autre choix que de finir par accepter tout ceci. Alors pourquoi les condoléances à retardement d'Áine me causaient cet affreux pincement ? Mes traits se crispèrent et je baissai les yeux. Envahie par cette tristesse déjà omniprésente sur mon visage. « Merci Áine... Malheureusement, on récolte ce que l'on sème. Je... » Mon regard revient vers elle et se détourne à nouveau. Au-delà de la gêne, je savais pertinemment qu'il serait plus que malvenu que je vienne à évoquer mon désaccord avec le Thing qui a jugé ma famille. En tout cas pour ce qui était de mon fils. Alors je m'enfermai dans un lieu commun que je ne connaissais que trop bien. « Il n'y a pas un seul jour où je ne pense pas à Ovald... mais ayant appris la disparition d'Ulvar, je ne suis pas à plaindre plus que vous ou quiconque ayant perdu un fils, un frère, un mari, un père... » Même si je cumulais les quatre. Relativiser me rester possible car malgré tout, j'avais un toit, une place, une situation pouvant amener un bref espoir. Si je n'avais encore trouvé personne capable de me faire à nouveau sourire comme ce fut tant le cas dans notre enfance. J'avais beau ne pas être des plus extraverties, avait toujours rayonné une lueur candide et joyeuse sur mon visage. À suivre les aventures de mon aînée, m'émerveiller devant les découvertes enfantines et les jeux que nous avions avec les Iversen. Une âme d'enfant que je rêvais de retrouver mais qui avait été enterrée avec l'âme des disparus et défunts.

_________________


Alfadr's voice reaches me, slice my soul from the inside, shred my frail body until I die.
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty
Sujet: Re: May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt   May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt Empty-

Revenir en haut Aller en bas
 
May the gods carry them ᛃ Áine & Nótt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» N'est malheureux que celui qui ne sait pas chanter [Carry]
» The marvelous gods of Olympus
» ✛ (M/LIBRE) Simon Lebon feat Dillon Casey
» Carry on, as nothing really matters. [Jaden]
» Pris en flagrant délit de ...chant! ( PV Carry Chainsaw)-Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: OFEIGATT :: SOLSTHEIM :: COLLINE SACRÉE.-
Sauter vers: