AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
 The gods will always smile on brave women (systr rauðr)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jórunn Fiskrbjoð
Voir le profil de l'utilisateur
http://afjarniogis.forumactif.org/t985-jorunn-the-giantess-of-is


Jórunn Fiskrbjoð
Skjaldmö - les guerrières.

behind the shield.
POSTS : 520
SEPTIMS : 1127
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : Dakini
FACECLAIM : Alyssa Sutherland (winter soldier)+ sayo, jorindelle, philomaela (gif) anaëlle (sign) k.s. (quotes)
The gods will always smile on brave women (systr rauðr) Tumblr_ogz7liyYuL1ur81opo8_r1_250
AGE : 30 hivers
STATUT CIVIL : dans une relation secrète avec Ólaf Lund
METIER : commandante des systr rauðr
LOCALISATION : Skogkatt

INVENTAIRE : - son bouclier rouge des systr rauðr
- sa lance tout en métal, gravée de runes protectrices, qu'elle utilise de manière atypique
- une épée
- plusieurs cuirasses
- des tenues de combat
- quelques robes

The gods will always smile on brave women (systr rauðr) Tumblr_ov9zcr2qnU1v5zaklo2_r1_250
the giantess of Isenseg
commander of shieldmaidens
the most merciful and stern

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


The gods will always smile on brave women (systr rauðr) Empty
Sujet: The gods will always smile on brave women (systr rauðr)   The gods will always smile on brave women (systr rauðr) Empty- Dim 11 Nov - 21:56


( The gods will always smile on brave women)
These tragic figures,
Women of gold,
Stalked the battle field,
In times of old.

Commandante des systr rauðr. Deux mois déjà. Qui aurait pu prédire que l'enfant bagarreuse d'Isenseg finirait à ce poste ? Elle, Jórunn, la demi-jötun, la briseuse de nez, la jumelle amputée, la sans cœur ? Sûrement pas elle. Bien sûr, elle rêvait d'appartenir à la sonorité depuis l'enfance mais pas d'en prendre la tête. Même dans ses rêves les plus fous, elle ne l'avait pas souhaité car elle ne voulait pas de cette responsabilité. Elle n'avait pas l'étoffe d'un chef. Et pourtant... Pourtant elle se tenait dans ce siège, occupé avant par Freydis l'avisée et encore avant par Sigrid la vaillante. Élue par le conseil des anciennes. Ce jour-là elle avait ressenti ce que le nouveau jarl pouvait ressentir quand la völva posait la main sur son épaule. Aucune magicienne n'avait annoncé devant une assemblée qu'elle était l'élue mais les sœurs rouges l’avaient nommé et peut-être les Ases et les Vanes se réjouissaient de cette promotion. Les dieux souriaient toujours envers les femmes courageuses. Brave, elle l'était et elle devait l'être encore davantage pour endosser cette nouvelle responsabilité. Elle allait être une bonne commandante, mener la sonorité plus loin que ses prédécesseurs et sa récompense serait de mourir emmenée par les valkyries, comme dans la vision de la prophétesse. Si cette glorieuse fin était la sienne, si elle voulait qu'elle se réalise, elle devait faire taire ses doutes et agir.

La géante d'Isenseg ne pouvait pas agir seule. Elle était la commandante d'un groupe de femmes guerrières et elle devait diriger ses troupes. Depuis sa nomination elle allait enfin prendre une décision. Elle allait nommer sa seconde. L'évidence même était de choisir Frida. Sa chère Frida. C'était sa confidente et sa vieille amie qu'elle voulait à ses côtés pour l'épaule et la soutenir. Mais elle devait faire mieux. Il lui fallait plus qu'une amie pour son projet. C'est pourquoi elle allait innover et prendre non pas une mais deux secondes. Son choix s'était porté sur Rúna. Femme d'expérience, redoutable combattante et volonté inflexible. Elle avait besoin d'elle pour son parcours mais aussi à cause de son nom. Lund. Sœur du godi Makvart et du commandant de la Svart Brotherhood Vikart. Si quelqu'un pouvait plaider leur cause, c'était elle. Enfin il y avait Dalia. Celle qui avait tendu la main à une toute jeune fille de dix-sept ans, brisée par la mort de sa sœur et pleine de rage. Sa gentillesse avait brisé sa carapace. Dalia savait s'y prendre avec les nouvelles, surtout les plus jeunes. Parfaite pour être l'entraîneuse en chef des plus jeunes recrues. Elle avait besoin de ces trois piliers pour mener à bien son plan. Parce que ce n’était que le début. Leur acceptation était la première étape.

La commandante avait revêtu une tenue d'entrainement et coiffé ses cheveux en une natte. Comme à l'accoutumée. Pourtant en voyant son reflet, brièvement, elle avait entraperçu une nouvelle personne. Une version plus déterminée d'elle-même. Puis elle avait pris place dans la grande salle et avait fait mander Frida, Rúna et Dalia. Elles entrèrent toutes les trois ensembles. Peut-être avaient-elles échangé quelques mots avant, s'interrogeant sur la raison de cette entrevue.

« Merci d’être venues. Avant toute chose, je vous demande de me pardonner. L’abdication de Freydis fut un choc pour nous toutes et… »

Elle marqua une pause. Quand leur ancienne commandante avait annoncé son départ pour un village éloigné afin de prendre soin de sa sœur malade, Jórunn l’avait vécu comme un violent abandon. Réaction égoïste, elle en était consciente. Elle ne voulait pas que Freydis renonce à son poste et qu’elle s’éloigne d’elle. Mais elle n’avait pas le droit de la retenir et elle comprenait son choix. Freydis partait l’esprit tranquille, disait-elle, parce que Jórunn lui succédait. Elle l’avait prise sous son aile et l’avait formée à prendre sa suite. La jeune femme n’avait rien vu venir.

« Il m’a fallu du temps pour accepter ma nouvelle condition mais en prenant ce temps j’ai abusé de votre patience et de votre confiance. J’ai de grands projets pour la sororité et j’ai besoin de vous. Frida, j’ai su dès ma nomination que je te voulais à mes côtés. Parce que tu es ma plus proche amie et que j’ai en toi une confiance sans limite. Cependant pour mon projet, j’ai décidé de prendre deux secondes. Rúna, ton expérience et ta force de caractère me sont indispensables. Je ne vous cache pas que ton lien de parenté avec le godi de Soltsheim et le commandant de Svart Brotherhood pourrait, je l’espère, jouer en notre faveur. Dalia je souhaiterais que tu prennes en charge l’entraînement des plus jeunes recrues et que tu uses de tes compétences pour enrôler de nouvelles filles dans nos rangs. »

La skjaldmö n’en montrait rien, sous son masque de chair, mais elle était anxieuse. Elle craignait que ses idées soient mal reçues. Frida pourrait-elle se vexer de devoir partager le rôle de seconde avec une autre ? Rúna se sentirait-elle offensée et penser n’être utilisée que pour son nom ? Dalia se considérerait-elle comme exclue du trio qu’elle souhaitait créer ? Et elle ne leur avait pas encore exposé son projet. Qu’en penseraient-elles ? Pure folie ? Une insulte envers la mémoire de leur fondatrice ?

« A présent je vais vous parler de mes ambitions pour les systr rauðr. Je n’éprouve aucun intérêt pour la Svart Brotherhood. Ils ont méprisé notre sororité avant même sa création et ils ont continué depuis. Je pense qu’il est inutile d’espérer leur reconnaissance. Nous n’en avons pas besoin. Ce qu’il nous faut c’est l’appui des godar et du jarl. Je suis prête à demander au thing un vote pour demander un statut officiel. Je sais déjà que deux godar pourraient nous apporter leur soutien et j’espère que le jarl saura se laisser convaincre. »

Jórunn espérait que Silke soutiendrait cette demande et qu’Ingvar honore son engagement. Frida pourrait peut-être se charger de persuader Skarf et elle appuya son regard sur cette dernière quand elle évoqua le nouveau jarl.

« Je souhaite aussi demander à ce que les systr rauðr, en tant de combattantes aussi émérite si ce n’est plus que les membres de la Svart, puissent avoir elles aussi des armes en acier. Ce privilège réservé à la Svart n’a plus sa place. Mes sœurs, qu’en pensez-vous ? »



( Pando )


_________________

 
star-crossed lovers
jólaf ✬ we are soulmates, you and i, our love was forged in the stars, but tragically, we live in an imperfect universe, and even stars fade.
Revenir en haut Aller en bas
Frida Hafdóttir
Voir le profil de l'utilisateur
http://afjarniogis.forumactif.org/t1071-frida-but-she-had-eyes-l


Frida Hafdóttir
Skjaldmö - les guerrières.

behind the shield.
POSTS : 116
SEPTIMS : 767
ARRIVAL : 27/10/2018
IDENTITY : KΛLOPSIΛ (naomi).
FACECLAIM : gaia weiss © praimfaya (avatar), ASTRA (signa), vikingshistory (gifs signa).
The gods will always smile on brave women (systr rauðr) EM5VVqFe_o
AGE : vingt-six longs hivers qu'elle foule le sol de midgard.
STATUT CIVIL : célibataire convoitée par les hommes, elle porte cependant le masque d'une femme froide au cœur de pierre pour ne pas éveiller les soupçons sur son homosexualité.
METIER : skjaldmö chez les systr rauðr depuis ses seize ans. elle l'ignore encore mais elle est pressentie pour devenir la future seconde de sa commandante et amie, jórunn.
LOCALISATION : entre skogkatt pour y occuper son poste de skjaldmö et entre isenseg pour rendre visite à son père adoptif et retrouver la mer.

INVENTAIRE : son épée qu'elle a nommé bylgja (vague) ≈ son bouclier aux couleurs rouge sombre des systr rauðr qu'elle porte fièrement ≈ un pendentif en fer qu'elle portait lorsqu'elle a été retrouvé bébé sur le rivage d'isenseg, seule souvenir de sa famille biologique ≈ une sculpture en forme de bateau faite par son père adoptif, rolf.

The gods will always smile on brave women (systr rauðr) Tumblr_nrd3mpBZIp1r6tq2so1_250
VICTORY OR VALHALLA.
whatever you are physically, male or female, strong or weak, ill or healthy, all those things matter less than what your heart contains. if you have the soul of a warrior, then you are a warrior. all those other things, they are the glass that contains the lamp, but you, you are the light inside.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


The gods will always smile on brave women (systr rauðr) Empty
Sujet: Re: The gods will always smile on brave women (systr rauðr)   The gods will always smile on brave women (systr rauðr) Empty- Jeu 22 Nov - 16:50



 systr rauðr
the gods will always smile on brave women.
Le temps était clair, le soleil venait percer de ses rayons les quelques nuages qui passaient devant. C'était une bonne journée, les dieux avaient prévu de grandes choses aujourd'hui. Mais pourtant, Frida ne pouvait s'empêcher de ressentir une boule au creux de son estomac. Elle avait été convié plus tôt dans la journée dans la grande salle des Systr Rauðr, par Jórunn elle-même. Jórunn, la nouvelle commandante des sœurs rouges depuis quelques mois maintenant. Si elle avait fait l'unanimité lorsque Freydis l'avisée, l'ancienne commandante en date, avait laissé son siège à la belle Jórunn, depuis quelque temps la Géante d'Isenseg faisait parler chez les guerrières. Cela faisait deux mois qu'elle avait pris ses fonctions et pourtant elle n'avait pris aucune décision. L'inquiétude et la doute se frayait un chemin dans les rangs des Systr Rauðr. Même Frida, sa plus vieille amie, sa confidente, commençait à douter. Aucune seconde n'avait été nommé. Elle n'avait pas été nommée. Le silence de son amie commençait à peser : ce lien de confiance qui les unissait depuis plusieurs années maintenant était-il sincère ? Si oui, alors pourquoi est-ce que Jórunn ne l'avait toujours pas demandé à ses côtés pour être sa seconde ? L'amertume accompagnait la skjaldmö depuis plusieurs semaines maintenant, la cloîtrant dans un silence plus considérable que d'ordinaire. Frida avait été piqué dans son orgueil.

La guerrière parcourait le kyn de Skogkatt, la main posée sur son épée qu'elle portait à la taille, une vieille habitude. Vêtue d'une tenue d'entraînement légère en cuir, ses cheveux blonds lui tombaient sur les épaules ; deux tresses étaient coiffées de chaque côté de sa tête. Le visage impassible mais le pas rapide et déterminé, elle se dirigeait vers les quartiers des Systr Rauðr, impatiente de voir de quoi sa commandante voulait l'entretenir. Jórunn l'avait convié dans la grande salle, Frida en conclut ainsi qu'il s'agissait d'une affaire concernant la sororité. C'était donc Frida la skjaldmö et non Frida l'amie qui était quémandée. Que pouvait-elle vouloir ? S'était-elle enfin décidé à la nommer ? La jeune femme chassa cette idée de sa tête : si elle avait voulu d'elle comme seconde, elle en aurait montré l'envie depuis le début. Quand elle arriva enfin devant la grande porte en bois du bâtiment, deux femmes s'y trouvaient déjà, à sa grande surprise. Elle leur adressa un signe de la tête à chacune. Rúna et Dalia, deux guerrières émérites qu'elle ne connaissait que trop peu. Mais que faisaient-elles ici ? Elles aussi avaient-elles été conviées par la commandante ? Frida, comme à son ordinaire resta froide et impassible ; adossée contre le mur en bois, les bras croisés, elle se mua une fois de plus dans un silence pesant. Puis la porte s'ouvrit pour les inviter à entrer. Elle allait enfin connaître le fin mot de tout cela.

Jórunn était assise sur le siège qui trônait au milieu de la salle, la chaise de la commandante. Frida lui fit un signe de tête en guise de respect puis prit place avec les deux autres skjaldmö face à elle. L'atmosphère de la pièce était grave et solennelle. Elle observa sa commandante pour voir si elle laissait paraître un sentiment pouvant l'aiguiller sur la suite des événements mais le visage de la femme était imperturbable : le visage d'une vraie commandante. Jórunn vint finalement rompre le silence et commença son long monologue. Beaucoup d'informations, de rebondissements, de soulagement mais aussi de jalousie vinrent troubler Frida. Donc il était bien dans le dessin de Jórunn de faire d'elle sa seconde... Elle comprenait, avec un peu de recul, le temps qu'il lui avait fallu pour se décider, mais en revanche la blonde ne comprenait pas son choix d'une deuxième seconde. C'était une première, une coupure dans la tradition des Systr Rauðr. Certes, nommé Rúna, une Lund était une stratégie très bien pensée pour leur quête de reconnaissance auprès des Vikings, mais tout de même... Frida ferait une très bonne seconde à elle seule, qu'une autre seconde soit nommé lui resté en travers de la gorge, elle avait l'impression de n'être pas suffisante pour la commandante. Voulant éviter de faire des vagues, Frida refréna les mots désapprobateurs qui naissaient sur sa langue et se contenta de s'incliner devant sa commandante. « C'est un honneur d'être votre seconde, commandante. » dit-elle d'une voix qu'elle essaya de rendre convaincante malgré son amertume. En se relevant, la blonde ne put s'empêcher de lancer discrètement un regard désapprobateur à Jórunn avant de redevenir impassible.

La commandante des sœurs rouges continua, en évoquant cette fois-ci ses projets pour la sororité. Cette fois, Frida se rangea à l'avis de Jórunn. Il fallait que les Systr Rauðr soit officiellement reconnue et pas par la Svart qui les avait rejeté depuis bien des années. Le vote lors du thing et la stratégie de se mettre quelques godar dans la poche pour que leur demande est un poids plus important été brillant. Même le plan de faire pencher le jarl de leur côté était ingénieux... Du moins jusqu'à ce que Jórunn lui lance un regard appuyé. Évidemment, il fallait bien qu'un moment ou un autre, la relation que Frida entretenait avec Skarf, le jarl actuel, finisse par être évoqué d'un point de vue stratégique. Mais cela faisait des années que la blonde n'avait pas parlé à son ami d'enfance. Elle, skjaldmö accomplie à Skogkatt et lui, resté batelier à Isenseg avant que les dieux le choisissent comme Jarl pour cette année, ils n'avaient guère eu l'occasion de se recroiser depuis leur adolescence. Et puis il y avait eu cette histoire de mariage arrangé tombé dans l'oubli suite à la mort des parents de Skarf. Maintenant qu'ils étaient tous deux adultes, aptes à se marier, Frida était assez réticente à l'idée qu'un futur dialogue relance l'idée. Plus loin elle était de Skarf et d'un potentiel mariage, mieux elle se portait. Finalement, Jórunn finit son discours puis demanda leurs avis à chacune. Frida s'avança alors pour prendre la parole. « C'est une excellente stratégie ! Comme vous l'avez dit, la Svart n'a que faire de nous, mais pas le peuple. Si vous demandez un vote lors du thing je suis certaine que nous obtiendrons un bon nombre de votes favorables. Et si ce n'est pas le cas – même si j'en doute – obtenir le soutien de certains godar pourrait faire pencher la balance. Sans compter l'appui du jarl... » Frida s'arrêta brusquement. Il n'était pas dans son intention de parler de Skarf, au contraire, elle voulait éviter ce sujet. Mais il fallait bien l'avouer, l'idée de Jórunn de le rallier à leur cause était beaucoup trop bonne à saisir. Frida n'eut pas d'autres choix que de céder : elle s'était toujours juré de faire passer le bien de la sororité avant tout, même avant elle. Elle reprit alors d'une voix plus assurée, même si encore un peu hésitante. « Sans compter l'appui du jarl ! » En répétant sa phrase d'un air déterminé, elle fit passer le message à son amie qu'elle essaierait d'obtenir une entrevue avec Skarf. Les Systr Rauðr allaient enfin obtenir légitimité, il le fallait. La guerrière se remit en rang avec Rúna et Dalia pour leur laisser, à leur tour, la parole.
code by bat'phanie

_________________
❝ Watch me, I will go to my own sun. ❞
the road might be long. the terrain might be precarious. you might need to sit and rest awhile. but don’t turn away from your dreams and your heart’s longing. your very next step could be a moment of greatness. your very next step may hold all you desire. keep walking, warrior.
Revenir en haut Aller en bas
 
The gods will always smile on brave women (systr rauðr)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Women's Championship: Kelly Kelly & Trish Stratus Vs Maryse & Ashley Massaro
» The marvelous gods of Olympus
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Rele Legba pou mwen \ Jean Érich René
» Il n'y a pas 36 solutions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: OFEIGATT :: SKOGKATT :: HABITATIONS.-
Sauter vers: