AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
 Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sjøen Lund
Voir le profil de l'utilisateur
http://afjarniogis.forumactif.org/t993-i-cant-do-that-because-i-


Sjøen Lund
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 119
SEPTIMS : 670
ARRIVAL : 31/03/2017
IDENTITY : Eurydie.
FACECLAIM : dakota blue richards @ eurydie (avatar) anesidora (signature)
Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Tumblr_oq0dozNF4Y1qimjpio1_250
AGE : Quatorze printemps. Tout juste.
METIER : Sans formation, dernière fille du Godi Markvart Lund.
LOCALISATION : Solstheim.

INVENTAIRE : -

∇▲∇▲

“I’ll admit that I’ve done
a lot of things in my life
that I’m not proud of.
No, no. That’s not true.
I’m proud of most of them.”

∇▲∇▲

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty
Sujet: Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen)   Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty- Mer 24 Oct - 1:14

Maybe I’m a little resentful
Vikart & Sjøen

« There’s three ways to do things: the right way, the wrong way, and the Sjøen way. It’s like the wrong way, but faster. »
Elle était seule… Enfin, c’est idiot de dire ça ainsi : elle était toujours seule. Quand elle devait faire ce que d’autres appelaient des bêtises, c’était toujours comme ça. Elle n’aurait de toute façon accepté la compagnie de personne, pas même de cet esclave de cuisine dont elle s’était prise d’amitié. Après avoir volé un paquet de noix dans les réserves de la demeure familiale – ils n’étaient pas surveillés, c’est bien un appel à la fraude, non ? – la jeune fille s’était élancée dans les rues du quartier de Solstheim à toute vitesse. Quand il fallait courir, elle détestait trottiner ! Et là, elle ne voulait pas se faire rattraper par des servantes qui l’auraient vu partir. Certes, elle n’avait pas vraiment le droit de sortir, surtout à cette heure : le soleil n’allait pas tarder à se coucher, et par ici, surtout en cette saison, la nuit tombait très vite. Que dira-t-on quand il fera noir et que la benjamine des Lund ne sera pas rentrée ? Oh bien sûr, c’était le cadet des soucis de la petite dernière !

Elle se fichait de tout. Rien ne lui importait d’autre que de sentir le froid fouetter son visage à mesure qu’elle dévalait les rues. Puis elle s’arrêta soudainement, quand elle vit la plus haute maison du quartier. Un large sourire s’étira sur son visage encore enfantin. Faisant passer le petit sac de noix entre ses dents, elle posa le pied sur la première prise, et grimpa. Oh elle avait l’habitude, c’était évident ! Ce n’était pas la première fois qu’elle se prêtait à de telles acrobaties, au grand dam de tous ceux qui voulaient l’éduquer comme une femme. Une femme. Elle ! Cela sonnait tant comme une insulte méprisante qu’elle s’emportait à la moindre évocation. Heureusement, sur les toits de chaume, elle n’entendait jamais ce genre de remarque. Et elle avait aussi une jolie vue sur tout Solstheim !

De là, on voyait l’océan. Immense, gris comme le ciel. Un jour, elle partira sur un des drakkars qui quitteront les côtes, l’épée à la ceinture, une armure de cuir sur le dos, des marques de guerre sur le visage ! Mais en attendant ce jour, car elle savait qu’il viendra, elle s’assit sur le toit et ouvrit le petit sac.

L’adolescente resta longtemps là, à déguster ses noix, à lancer les coquilles aussi loin qu’elle le pouvait. Ou sur les passants. Inutile de dire combien elle appréciait les entendre essayer de lui crier dessus, elle qui était si haute, et eux si incapable de grimper sur le même mur. Alors elle riait, et recommençait.

Jusqu’à ce que la mauvaise coquille ne tombe sur la tête de celui qu’il ne fallait pas. Elle se figea quand elle vit cet homme se retourner, et lever son regard sur elle. Vikart. Son oncle Vikart. D’abord, elle reprit sa respiration qui s’était stoppée. Puis elle se redressa comme un ressort. Parfois, elle était ravie de le voir. Et parfois… comme aujourd’hui…

« SALE MOUCHARD !! » hurla-t-elle avant de sauter sur un autre toit pour le distancer au plus vite.

Elle se souvenait bien de la dernière fois : ce traître avait vendu ses aventures et résultat, elle s’était retrouvée emprisonnée, à entendre la morale encore et encore, privée de nombre de ses jeux. Et tout ça pour quoi ? Simplement parce qu’elle s’était peut-être, ou peut-être pas, battue. Salement. Avec des incapables d’autres quartiers en plus. Certes, cet incident s’était passé voilà au moins deux bonnes semaines, mais personne n’était plus rancunier que la petite Lund. Son indignation et sa colère, elle les vivait comme si son oncle venait de recommencer sous ses yeux ! En quelques instants à peine, elle avait regagné la terre ferme, s’enfuyant plus au Sud encore, à l’opposé d’où se trouvait le frère cadet de son géniteur.
(c) DΛNDELION

_________________
† I’m sure you didn't leave your hole tonight thinking you’d get your ass kicked by a fourteen-year-old.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty
Sujet: Re: Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen)   Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty- Dim 28 Oct - 23:30

Vikart écoutait avec grande attention un guerrier racontait son dernier raid, notamment la tactique déployée par les ennemis qui avait mis en déroute le groupuscule. Il devait bien avouer qu’il était un tantinet admiratif devant l’ingéniosité militaire dont le chef avait fait preuve, une ingéniosité qui ne soulignait que son amateurisme dans le domaine de la stratégie. Il devait s’améliorer, apporter des solutions et des conseils. Une réflexion interrompue par une chute inattendue et surprenante d’une coquille de noix. Du ciel.

Lorsqu’il relève les yeux, il voit la frêle silhouette de son audacieuse et indomptable nièce Sjoen. Après une insulte enfantine qui ne lui fit aucun effet, si ce n’est lui arracher un soupire ennuyé, elle s’est mise à courir. Il fut un temps, lorsqu’il était encore un jeune homme sans peur, fringuant et en possession d’un jeune et vigoureux corps, il aurait escaladé tous ces murs et l’aurait pourchassé. Malheureusement, il approchait doucement de la quarantaine et ses longues années dans les raids commençaient à peser à ce corps. Il n’était plus aussi agile ou aussi rapide qu’une gamine, mais il était plus fort. Une compensation qui n’était pas pour le déplaire.

Il ne s’inquiète pas pourtant, pour sa petite punition pour l’espièglerie de sa nièce. Un moment ou un autre, le chaton doit se sustenter. Solstheim et ses habitants le connaissaient suffisamment pour le prévenir lorsque ses nièces, neveux ou frère ou sœur venaient dîner quelque part, ou faire une bêtise quelque part. Oh non, il ne les avait pas achetés par l’amour et l’argent et les fêtes, comme son frère aîné, mais par la peur. Par son nom, Vikart le Sanglant, Vikart le fou.  Et si le chaton ne mangeait pas dans la rue, elle retournera tout naturellement à la maison.

Et c’est en direction de la demeure familiale que Vikart se dirige, et non la résidence attribuée aux valeureux guerriers de la Svart Brotherhood. Ce soir, le Commandant allait rentrer tard. Certains pourraient sous-entendre qu’il était avec une amante – ou amant –, et d’autres prétendre qu’il va obéir à quelques sombres ordres de Markvart. Deux théories fausses, car le Commandant n’allait que rendre visite à sa jeune sœur, et la châtier comme il se devait pour bien des choses : son insolence à l’égard de son oncle en public et, surtout, pour la folie de grimper si haut et seule.

Il s’installe confortablement dans la demeure, et il l’attend. Là où elle dort habituellement. Car en plus de manger, un chaton doit dormir n’est-ce pas ? Finalement, la silhouette se détache et elle lui apparaît.

- Ne t’avise pas à fuir, Sjoen. Sinon c’est toute la Svart Brotherhood à qui j'ordonne de te retrouver avec ordre que le guerrier ou les guerriers qui te retrouvent t'octroient quelques fessées. Et j'en ferais de même quand tu seras amenés à moi. Je peux t’assurer que tu ne pourras pas t’en sortir aussi facilement qu’avec les incapables contre qui tu t’es battue.


Sa voix était lasse, mais sérieuse. Il ne balançait jamais des paroles au vent, et mettait toujours ses menaces à exécution.

- Si tu veux que j’arrête de rapporter tes faits et agissements à ton père, comportes-toi en adulte dans un premier temps. Et tout adulte viendra s’asseoir, et discuter avec moi.


Belle hypocrisie de la part d’un homme reconnu pour trancher plus facilement que discuter. Cependant, la famille était sacrée et était l’exception, celle qui lui rappelait d'être humain et non une bête. Et patiemment, il attend que la petite prenne sa décision.
Revenir en haut Aller en bas
Sjøen Lund
Voir le profil de l'utilisateur
http://afjarniogis.forumactif.org/t993-i-cant-do-that-because-i-


Sjøen Lund
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 119
SEPTIMS : 670
ARRIVAL : 31/03/2017
IDENTITY : Eurydie.
FACECLAIM : dakota blue richards @ eurydie (avatar) anesidora (signature)
Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Tumblr_oq0dozNF4Y1qimjpio1_250
AGE : Quatorze printemps. Tout juste.
METIER : Sans formation, dernière fille du Godi Markvart Lund.
LOCALISATION : Solstheim.

INVENTAIRE : -

∇▲∇▲

“I’ll admit that I’ve done
a lot of things in my life
that I’m not proud of.
No, no. That’s not true.
I’m proud of most of them.”

∇▲∇▲

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty
Sujet: Re: Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen)   Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty- Mar 30 Oct - 13:56

Maybe I’m a little resentful
Vikart & Sjøen

« There’s three ways to do things: the right way, the wrong way, and the Sjøen way. It’s like the wrong way, but faster. »
Quand elle se retourna, la jeune fille se rendit compte que son oncle ne l’avait gère suivie. Dans un premier temps, elle resta plutôt méfiante, se doutant que ce ne serait pas si facile que ça d’échapper à Vikart Lund, le commandant de la Svart Brotherhood, mais il semblerait… oui il semblerait qu’il ne soit plus derrière. Ou même dans les rues autour à la chercher. Une première victoire ! Un sourire à la fois moqueur et fier apparut sur son visage. De tout le reste de la journée, elle n’en avait pas entendu parler, même quand elle rentra à la demeure seigneuriale. Bien sûr, on lui reprochait encore une fois l’état de ses cheveux, de sa tenue… C’était aussi fréquent qu’un « bonsoir » dans son cas, alors elle n’écouta ces remontrances que d’une oreille distraite, qui préférait largement accordée son attention au dîner qui se préparait. Car soyons honnête, c’était bien sa principale raison de rentrer chaque soir et de supporter des servantes, ou pire : sa mère ou sa belle-mère ! Et le reste de la soirée se passa si normalement qu’elle avait parfaitement oublié l’incident de l’après-midi. Quand elle rentra dans sa chambre, gardant toujours à la main une friandise au miel qu’elle avait réussi à cacher sous les tissus de sa robe, elle ne s’attendait certainement pas à tomber sur son oncle. Vraiment pas ! La jeune fille fit presque un bond en sursautant.

Bien sûr, son premier réflexe fut d’envisager la fuite. Pouvait-on en attendre davantage d’un chaton sauvage comme elle ? Mais Vikart la prit de court.

Sjøen n’avait certainement pas l’intention de se retrouver avec la Svart Brotherhood à dos, d’autant qu’il s’agissait de guerriers qu’elle admirait tout particulièrement ! Elle caressait même l’espoir d’en faire partie un jour, même si c’était parfaitement hors de propos pour tout le monde. Elle eut un rictus qui se voulait fier, mais il dénotait surtout la conscience du piège qui s’était refermé sur elle. Elle n’était plus le chaton, mais la souris, prisonnière d’une cage qu’on venait de fermer. Ses lèvres étouffèrent un juron qu’elle n’articulait même pas.

« Sale mouchard… » Cela, elle l’avait bien davantage articulé.

Discuter… Il voulait discuter maintenant ! Elle leva vers lui un regard noir. Vikart Lund, le Sanglant, n’était guère connu pour ses aptitudes à parlementer. Et surtout pas avec elle. L’adolescente savait bien ce qui l’attendait si elle s’asseyait près de lui. Elle entendrait encore une fois combien son comportement est inacceptable, qu’elle n’est guère plus une enfant qui peut faire ce qui lui plaît, qu’elle doit se comporter comme une adulte responsable, qu’elle doit cesser son insolence et ses gamineries et enfin devenir digne du nom des Lund. En d’autres termes : « sois sage et tais-toi ». Ou pire : « tu es une femme, comporte-toi comme tel » ! Oh elle offrirait volontiers son bras pour apprendre quel était le dieu qui l’avait fait naître fille, qu’elle puisse le maudire de toutes ses forces !

Cependant, dos au mur, elle finit par céder et s’assit sur le siège le plus proche d’elle, ne faisant aucun effort pour s’approcher de son oncle. Croisant ses bras, laissant sa friandise à côté d’elle, la jeune fille ne daigna même plus lever son regard vers lui.

« C’est Mère qui veut que vous me parliez, n’est-ce pas. » Évidemment, ça ne viendrait pas de lui. Ou alors, il était devenu comme tous ceux qui veulent la voir comme elle doit être et qui maintenant venait même lui faire la leçon dans sa propre chambre. Qu’elle ne partageait plus avec sa sœur depuis longtemps, depuis l’incident. « Allez-y, qu’on en finisse. »
(c) DΛNDELION

_________________
† I’m sure you didn't leave your hole tonight thinking you’d get your ass kicked by a fourteen-year-old.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty
Sujet: Re: Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen)   Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty- Dim 4 Nov - 19:33

Il savait comment parler à Svanhilde, car la folie avait posé une empreinte similaire à la sienne sur l’âme de sa nièce, une même folie incompréhensible pour autrui mais très limpide l’un pour l’autre. Certes, la relation ne s’était pas construite sur une base saine et échappait à la notion de normalité – cette notion qui s’appliquait dans bien des familles –, mais il y avait au moins une relation.

Il était de même avec Olaf. Oncle comme neveu avaient établi une relation au fil des raids ou des entraînements à l’épée. Il appréciait ces échanges silencieux où seuls les muscles, la force de chacun et les coups se faisaient entendre et où la parole n’avait nullement sa place.

Sjøen était différente de ses aînés. Elle ne possédait pas cette lueur folle au fond de ses prunelles – elle avait un regard clair, innocent et lucide – et, malgré ses airs de garçon manqué, était incapable d’assumer une conversation homme-à-homme. Enfin, la différence d’âge entre Vikart et la petite fille de son frère aîné n’arrangeait guère les choses. En somme, Sjøen était une enfant compliquée pour Vikart.

Ainsi, sans surprise, il ne prononça aucun mot les premières minutes et laissait délibérément le silence se prolonger. Durant tout ce temps, il se servait une seconde coupe de bière. Il savait bien que Markvart avait du vin, mais l’aîné ne lui en ferait pas goûter une seule goutte aussi aisément. Toutes les bonnes choses étaient réservées aux autres, et rarement à la famille, telle était la politique du Godi actuel de Solstheim – une vision politique que Vikart ne partageait pas, forcément.

- Bois donc quelques gorgées
, proposa-t-il, en tendant une seconde coupe – à peine remplie, de quoi prendre trois ou quatre gorgées. Il ne savait pas du tout si les parents de la demoiselle autorisaient cette dernière à boire de l’alcool, mais cela lui importait peu. Elle avait suffisamment l’âge pour expérimenter cette boisson et, surtout, qui sait peut-être qu’elle la rendra suffisamment aimable pour que cette discussion ne lui offre pas une affreuse migraine. Commençons par ton accusation : je plaide coupable. Je suis effectivement un mouchard.

L’introduction était au moins honnête, conforter la demoiselle dans sa petite rébellion infantile et assurer un tantinet l’écoute de cette dernière. Du moins, telles étaient les espérances de Vikart.

- Pourtant, il vaut mieux que le mouchard soit une personne de la famille, plutôt qu’une personne étrangère. La vérité est que je me fiche que tu te battes contre quelques pédants, et que tu te blesses. On n’a que ce que l’on mérite, au final. Par contre, les conséquences de tes actes ont leur importance, jeune fille. Tu es la fille d’un Godi et sais-tu ce que cela veut dire ? Tout ennemi de la famille va user de tes pitreries pour tourner au ridicule notre famille. Ton père, le Godi.

Il se tut à nouveau pour l’observer. Il savait que la demoiselle admire profondément son père, et c’est l’angle d’attaque choisi par Vikart. Oh, il avait peu d’espoir que la demoiselle se calme suite à cette énième litanie mais, par expérience, il avait compris que la répétition apportait toujours ses fruits – quand la violence n’était pas une option.

- Maintenant, imagines que je n’ai pas prévenu ton père de tes frasques. Dis-moi quelle aurait été sa réaction lorsqu’un autre viendra t’accuser, publiquement et à la face de ton père. Qu’il dira que tu n’es qu’une sauvageonne. Et que les autres en riront. Ton père ne saura que faire : croire l’homme, ou non. Dans les deux cas, il se couvrira de honte : accepter publiquement que tu es une sauvageonne, ou encore ne pas reconnaître ta bêtise et être le Godi incapable de savoir ce qu’il se passe au sein de sa famille.

Un nouveau silence s’installe, brisé uniquement par Vikart qui boit doucement sa boisson.

- Cependant, en le prévenant en amont, il a pu avoir le temps de savoir s’il risque de se couvrir de honte. Si oui, il prend en amont ses précautions pour régler l’affaire en privé, et garder la réputation de la famille intacte. Tu dois me trouver extrême, Sjøen, mais nullement. Tout grand mal n’est que la résultante de mauvaises petites actions. Si tu ne te corriges pas à temps, alors un jour, tu nous condamneras tous.
Revenir en haut Aller en bas
Sjøen Lund
Voir le profil de l'utilisateur
http://afjarniogis.forumactif.org/t993-i-cant-do-that-because-i-


Sjøen Lund
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 119
SEPTIMS : 670
ARRIVAL : 31/03/2017
IDENTITY : Eurydie.
FACECLAIM : dakota blue richards @ eurydie (avatar) anesidora (signature)
Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Tumblr_oq0dozNF4Y1qimjpio1_250
AGE : Quatorze printemps. Tout juste.
METIER : Sans formation, dernière fille du Godi Markvart Lund.
LOCALISATION : Solstheim.

INVENTAIRE : -

∇▲∇▲

“I’ll admit that I’ve done
a lot of things in my life
that I’m not proud of.
No, no. That’s not true.
I’m proud of most of them.”

∇▲∇▲

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty
Sujet: Re: Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen)   Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty- Dim 2 Déc - 14:57

Maybe I’m a little resentful
Vikart & Sjøen

« There’s three ways to do things: the right way, the wrong way, and the Sjøen way. It’s like the wrong way, but faster. »
C’était vraiment la partie qu’elle détestait. Devoir rendre des comptes à un adulte qui pensait valoir mieux qu’elle. Savoir ce qui était meilleur pour elle. Comme si elle avait vraiment besoin de faire ses excuses. Pour quoi donc ? Pour lui faire plaisir ? Pour son ego ? Pour la joie de la voir s’aplatir ? Trop d’adultes voyaient ça comme une satisfaction personnelle. Pourtant, en voyant son oncle s’installer de la sorte, se servir de la bière comme si de rien n’était, elle commençait à douter de la véritable raison de sa présence. Bien qu’assise à l’autre côté, elle ne pouvait pas s’empêcher de l’observer fixement. Quand il lui proposa une coupe – ou le fond d’une coupe, sale escroc – elle papillonna légèrement des yeux, plus que surprise. Évidemment, ses parents ne l’autorisaient pas à prendre de l’alcool, particulièrement sa mère. Alors elle se leva pour venir le prendre, et s’assit sur un siège plus proche.

Alors il se confessait. Pas comme si elle ignorait son rôle de balance. Roulant ses yeux vers le plafond, elle avala rapidement ces quelques gorgées avant de reposer la coupe sur la petite table à côté d’eux. Ça avait un goût amusant, mais tout de même un peu bizarre… Au bout d’un moment, elle s’habituera, comme tous les autres.

Évoquer son père la fit bien évidemment réagir. Un terrain glissant s’il en est, mais son oncle connaissait évidemment son admiration pour l’homme. Alors forcément, voir cet argument contre elle faisait hérisser le moindre poil de sa frêle personne.

« Vous osez… » grinça-t-elle entre ses dents.

Il lui faisait maintenant porter tous ces torts, avec une assurance froide qui la mettait tout simplement hors d’elle. Tout ça n’était que des suppositions, des théories, et tout revenait sur elle. Ha ce serait bien la première fois.

« Je vous condamnerai tous… Elle doit être fragile cette famille si son pouvoir peut être menacé par la sauvageonne de service. »

Sa voix était amère, tout comme pouvait l’être la situation. Elle tendit alors la coupe à son oncle, demandant encore de la bière. S’il voulait une discussion d’adulte, il aura une discussion d’adulte. Et les adultes buvaient, elle ne l’avait que beaucoup trop vu.

« Vous dites ça comme si c’était vrai… De toute façon aucun ‘‘ennemi’’ ne le sait parce que personne ne s’y intéresse. Vous avez tous bien mieux à faire, et ce ne serait pas nouveau. Les seuls moments où vous trouvez le temps de me parler, c’est pour me dire que mon comportement est inexcusable et irresponsable. »
(c) DΛNDELION

_________________
† I’m sure you didn't leave your hole tonight thinking you’d get your ass kicked by a fourteen-year-old.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty
Sujet: Re: Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen)   Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen) Empty-

Revenir en haut Aller en bas
 
Maybe I’m a little resentful (Vikart & Sjøen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: OFEIGATT :: SOLSTHEIM :: HABITATIONS.-
Sauter vers: